Hebdo 01 - Pays de Gex - Bellegarde Hebdo 01 sur Facebook Flux RSS


Dossier Génération Séniors - Santé - Travail et retraite : quand les seniors remettent la main à la pâte


Pour beaucoup, la retraite est l’Olympe de l’oisiveté enfin retrouvée, le temps de la décompression et des loisirs perpétuels. D’autres la voient comme un désert d’ennui ou un manque à gagner financier insurmontable. Pour eux, le choix est vite fait : continuer une activité professionnelle. Explications.

Il existe une vie après la vie active ! Une banalité qui peut en dérouter pourtant plus d’un. Car la retraite reste un cap à passer. Loisirs, passions, oisiveté, vacances perpétuelles, oubli des contraintes quotidiennes, fin de la course contre-la-montre… Certes, l’idée est alléchante, mais encore faut-il s’être préparé psychologiquement et financièrement à la retraite.



Peur de rompre un lien social, volonté de transmettre un savoir-faire, incapacité à raccrocher ou envie d’arrondir ces fins de mois, les retraités sont de plus en plus nombreux à continuer une activité salariée ou bénévole une fois la retraite arrivée.



Selon les derniers chiffres de la Caisse nationale d'assurance vieillesse (Cnav), le nombre de retraités du régime général s'élevait à 14 024 638 fin 2015, dont 7 769 130 femmes et 6 255 508 hommes. Parmi eux, 529 000 retraités sont restés actifs, cumulant travail, salarié ou indépendant, et pension de retraite.



Depuis 1983, le cumul emploi-retraite donne la possibilité à une personne retraitée qui perçoit une pension personnelle du régime général, d'exercer une activité professionnelle et de cumuler ses revenus professionnels et sa retraite, sous réserve de remplir les conditions requises. Ce dispositif a même été assoupli en 2009, le cumul intégral des ressources sans limite de plafond étant la principale modification.



Job de retraité



Bien que les « cumulants » ne représentent que 3 % des retraités, le pourcentage semble être amené à augmenter du fait du niveau des retraites. Alors, pour cumuler emploi et retraite, complémentaire ou non, il faut avant tout mettre fin à l’ensemble des activités exercées, salariées comme non salariées, bénéficier d’une retraite de base à taux plein (50 %), ce qui signifie totaliser le nombre de trimestres requis, avoir liquidé ses droits à une pension de vieillesse auprès de tous les régimes de base (Cnav, MSA…) et complémentaires (Arrco, Agirc…). Des conditions qui s’appliquent aussi en cas de reprise d’un emploi chez son dernier employeur. Celui-ci doit établir un nouveau contrat de travail, le délai d’attente de 6 mois n’est aujourd’hui plus obligatoire.



Cependant, les cotisations sociales prélevées durant cette activité n'ouvrent pas de droits supplémentaires pour la retraite mais restent soumises à des cotisations de vieillesse, sociales et de chômage.



Face à ce nouveau mode de vie des seniors, des sites web se spécialisent. Et si l’on connaissait, les plateformes d’emplois pour étudiants, voici ceux des retraités. « Job Retraite », par exemple, compte même quelques 17 000 profils proposant leurs compétences, de nounou à agent immobilier en passant par enseignant ou secrétaire.



En chiffres



+ 58 % - Le nombre de personnes cumulant une activité indépendante ou salariée et pension de retraite a augmenté de 58 % depuis 2008.

67 ans - C’est l'âge moyen des seniors « cumulants ». 71 % d'entre eux sont âgés de plus de 65 ans.

60 % - Parmi les retraités actifs, 60 % sont des hommes.

20 % - Les pensions servies aux retraités « cumulants » en 2016 sont en moyenne 20 % plus élevées que celles de l'ensemble des retraités.

814 € - C'est le montant moyen mensuel que touche un « cumulant » salarié, contre 687 € pour un retraité sans activité.

Sources : Cnav et RSI


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire


Petites annonces


Les journaux partenaires

© 2013-2018 Hebdo 01 - Pays de Gex - Bellegarde • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales