Hebdo 01 - Pays de Gex - Bellegarde

La Réforme du Bac - 2021, l’Odyssée du Bac


Jean-Michel Blanquer l'a annoncé officiellement mercredi 14 février : le futur baccalauréat, prendra désormais la forme de quatre épreuves terminales et d'épreuves ponctuelles en première et en terminale. C’est aussi la fin des séries générales. Entre renouveau et inquiétude, le nouveau bac prendra effet en 2021.

Réussir là où tous ont échoué ? C’est bien la prétention du ministre de l’éducation, Jean-Michel Blanquer, qui s’attaque à un sujet sensible de la campagne présidentielle : réformer le bac. Au fond, l’idée n’est pas nouvelle et tous les ministères s’y sont cassés les dents depuis plus de 10 ans. Le Bac, auréolé de symboles, est aujourd’hui encore le couronnement de la fin des études secondaires et un sésame pour les études supérieures, offrant même une garantie d’emploi et dans certains cas, le minimum requis à l’embauche. Or, Jean-Michel Blanquer entend aller au-delà. « Pour conforter la place, le sens et l’utilité du baccalauréat et pour mieux préparer aux études supérieures ». Tout l’enjeu est là car le constat est encore cruel : 90 % de réussite au Bac mais surtout, 60 % d’échec en Licence. En décrochant leurs bacs, les lycéens pensaient avoir fait le plus dur sans se douter parfois que le plus difficile est devant eux.



Que dit la réforme du Bac ?



Alors que l'on compte aujourd'hui environ une dizaine d'épreuves terminales au bac, le nouvel examen n'en comprendra plus que quatre à partir de la session 2021, en plus d’un grand oral.



L’idée est donc d’alléger le Bac et d’introduire une part de contrôle continu. En fin de Première, chaque lycéen présentera comme aujourd’hui une épreuve anticipée de français, écrite et orale. En Terminale, quatre épreuves finales :


• Deux épreuves écrites de spécialité portant sur les disciplines que le lycéen aura choisi d’approfondir au cours de son parcours.

• Une épreuve de philosophie : ce choix correspond à une tradition française attachée à la nécessité de conforter l’esprit critique et d’analyse dans la formation des jeunes générations.

• Une épreuve orale finale : d’une durée de 20 minutes, cet oral se déroulera en deux parties :

=> la présentation d’un projet préparé depuis la classe de première et adossé à une ou deux disciplines de spécialité choisies par l’élève.

=> un échange permettant d’évaluer la capacité de l’élève à mobiliser les connaissances acquises au cours de la scolarité notamment en sciences et en histoire-géographie.


Le Bac en poche, et après ?

Chaque année, l’université séduit de plus en plus de diplômés du bac général et près de la moitié d’entre eux souhaitent s’y orienter une fois le bac en poche.

Les bacheliers de la série ES (économique et social) sont les plus nombreux à choisir l’université avec plus de 65 % des élèves. Pour les étudiants en filière technologique en revanche, le BTS est le choix le plus fréquent avec 38,7 % des diplômés s’orientant dans cette voie. En plus de 200 ans, le bac s’est métamorphosé et ses candidats avec lui. Cette énième réforme de Jean-Michel Blanquer est supposée préparer les lycéens à l’enseignement supérieur et redonner du prestige à ce diplôme. Verdict après la première session, en 2021. Enfin, est-ce qu’on rate sa vie parce qu’on n’a pas le bac ? Heureusement non ! D’abord, il reste possible de poursuivre certaines études sans pour autant avoir le baccalauréat. Certains BTS sont accessibles sans le bac, tout comme le JEEPS ou le BEES. Et sur le marché de l’emploi, d’autres diront « qu’un bon CAP vaut mieux qu’un mauvais BAC ». Ensuite, il est toujours rassurant de constater que la réussite sociale peut être indépendante de la réussite scolaire.

Voici quelques exemples de personnalités qui n’ont pas eu leur Bac : André Malraux, Emile Zola, Michel Drucker, Fabrice Luchini, Christophe Maé, Jean-Pierre Pernaut, ou Omar Sy.


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire

Ajouter un commentaire

Imprimer     Fermer