Hebdo 01 - Pays de Gex - Bellegarde Hebdo 01 sur Facebook Flux RSS


Top départ du plan de viabilité hivernale


Mercredi 15 novembre dernier, le conseil départemental de l’Ain présentait, au centre routier d’Ambérieu-en-Bugey, sa campagne de viabilité hivernale 2017-2018. Car si la neige est attendue par tous, petits et grands, elle est bien moins commode lorsqu’il s’agit de circuler. Explications.

«Winter is coming*», martèle la célèbre série «Game of thrones» depuis sept saisons. En France, l’hiver arrive bel et bien. Avec lui, les joies de la neige, mais aussi les contraintes du froid et notamment quand il s’agit de se déplacer.



Parmi les compétences des conseils départementaux, celle de la voirie, autrement dit, de la gestion des routes départementales et routes nationales d'intérêt local, des transports et des transports scolaires par autocar. Alors, comme chaque année, le Département de l’Ain a mis en place sa campagne de viabilité hivernale pour assurer jusqu’au retour des douceurs printanières, l’entretien des 4 460 kilomètres de routes départementales. Depuis le 9 novembre dernier et jusqu’au 19 avril en zones de montagne, soit pour les agences routières de Bellegarde - pays de Gex, Bas-Bugey, Haut-Bugey, Bresse - Revermont et pour les centres d’exploitation de Cerdon et Simandre-sur-Suran, et depuis le 17 novembre dernier et jusqu’au 22 mars 2018 en plaine, soit les agences routières de Val-de-Saône – Bresse, Dombes - Plaine de l’Ain, et pour les centres d’exploitation de Bourg, Coligny et Tossiat, les agents des routes du Département sont désormais mobilisés et prêts à intervenir en cas d’intempéries dues au conditions hivernales.



«Pendant la période hivernale, les agents du Département veillent à ce que les routes départementales restent praticables même en cas de mauvais temps. Grâce à un suivi régulier des prévisions météorologiques et aux patrouilles locales quotidiennes, les actions de déneigement et de déverglaçage sont déclenchées rapidement », explique Sandrine Castellano, vice-présidente du Département, chargée des routes et des bâtiments départementaux.



Sur le qui-vive



Dès 3 heures du matin, les patrouilleurs observent les phénomènes hivernaux afin de lancer si besoin les agents sur les 121 circuits que compte le département. Le réseau routier départemental est hiérarchisé selon l’intensité du trafic, entrainant des différents niveaux de service et des traitements adaptés. Cinq niveaux ont été définis par le Département de l’Ain, classés de N1 à N5. À chaque niveau de service correspond un type d’intervention : N1 étant le niveau le mieux traité et N5 correspondant aux routes non traitées, soit environ 90 kilomètres.



En moyenne, un circuit de déneigement représente 35 kilomètres de routes en zone de montagne, soit un temps de rotation de 3 heures 30 entre chaque passage de l’engin de service hivernal. Alors qu’en zone de plaine, un circuit représente 45 kilomètres de routes, soit un temps de rotation de 4 heures entre chaque passage de l’engin.



* «L’hiver vient»



Le saviez-vous ?



Le sel n’a pas la propriété de faire fondre la neige. Saler avant le raclage entraînerait un gaspillage de sel et aurait un très fort impact environnemental sur le milieu naturel étant donné les quantités qu’il faudrait épandre. 

En présence d’une couche de 5 centimètres de neige et d’une température de chaussée de -5°C, il faudrait épandre 1,2 kg de sel par m² pour faire fondre les 5 centimètres de neige. Un engin de service hivernal ayant une capacité de 7 tonnes de sel ne pourrait ainsi traiter qu’un seul kilomètre de route !



En revanche, pour lutter contre le verglas, n’hésitez pas à répandre du sel devant votre porte !



Le plan de viabilité hivernal en chiffres



2,060 millions d’euros de coût annuel, hors salaires, pour la campagne d’hiver de 2016-2017

9 800 tonnes de sel épandues (le coût de la tonne se situant entre 70 et 100€)

6 500 sorties de déneigement et de déverglaçage

575 000 litres de saumure

27 centres routiers sur l’ensemble du département

121 circuits 

300 agents



Astuce



Pendant toute la période hivernale, un état des routes est disponible, chaque matin vers
7 h 30, sur le site internet www.etatdesroutes.ain.fr.



Il permet de localiser les zones où il faut redoubler de prudence et les perturbations de circulation à prévoir en raison des opérations de salage ou de déneigement. Ces informations sont également relayées sur Twitter (#routes01) et sur la page Facebook du Département.



L’hiver sera-t-il rude ?



À quelques semaines du bilan annuel, l’Organisation météorologique mondiale (OMM) a mis à jour sa déclaration provisoire sur l'état du climat mondial en 2017, et le constat est sans appel : la température à la surface du globe, dépasse de 1,1° C celle de l'époque préindustrielle. Si 2016, devrait conserver son titre d'année la plus chaude jamais enregistrée, 2017 et 2015 semblent se disputer les 2e et 3e places du classement. En France métropolitaine, au cours des dix premiers mois de 2017, la température moyenne a dépassé de 1° C la normale de référence (basée sur 1981-2010).



Et l’hiver 2017-2018 ne devrait pas déroger à la règle. Alors que l’état d’enneigement en Sibérie en octobre avait nourri des hypothèses d’hiver rude, Météo France prévoit plutôt une « tendance plutôt chaude sur l'Europe, humide au nord, sèche au sud. » Côté température, 50 % des prévisions probabilistes annoncent un hiver plus chaud que la normale, pour 20 % plus froid. Côté précipitations, la France se découpe une fois encore en deux. Et le bassin méditerranéen pourrait voir sa sécheresse perdurer encore quelques mois.



Enfin, si décembre s’annonce encore anticyclonique sur les massifs, les prévisionnistes croisent les doigts pour un mois de janvier plus rude où la neige viendrait gâter les skieurs. Et les nappes phréatiques.


Twitshot
Commentaires

Pas de commentaire


Petites annonces


Les journaux partenaires

© 2013-2017 Hebdo 01 - Pays de Gex - Bellegarde • Tous droits réservés • Réalisation : Jordel Médias
Plan du siteMentions légales